Tweet

Archive for mai, 2011

1
mai

Arthrose et course à pied / Osteoarthritis (OA) and running

English follows

Croyance
La course à pied augmente l’arthrose du genou, car l’impact au sol, important et répété, crée des lésions sur le cartillage qui deviennent à la longue irréversibles.

Fait
Des études récentes ont démontré que les coureurs n’ont pas plus d’arthrose que les non-coureurs.

Mon opinion
Le cartilage rotulien des coureurs est plus épais et plus résistant que leurs confrères sédentaires. Cela s’explique par le simple fait que leur tissu s’est adapté au stress mécanique. Dans la mesure où le stress appliqué est progressif et qu’il ne dépasse pas la capacité d’adaptation du tissu, un remodelage tissulaire positif se fera. En d’autres mots, le tissu cartilagineux, qui est un tissu vivant, se reconstruira plus qu’il ne se dégradera.
Une force d’impact excessive pourrait avoir une certaine influence sur le degré de stress cartilagineux et conséquemment sur sa dégénérescence. L’absorption de la chaussure ou la mollesse de la surface ne changeront par contre pas le stress d’impact appliqué sur le squelette, contrairement aux mécanismes intrinsèques qui jouent un rôle essentiel (courir en douceur!).
Le cartilage blessé de façon traumatique aurait un potentiel de réparation très limité. Pour cette raison, certains sports où les lésions traumatiques par torsion et contacts physiques sont plus fréquents présentent une incidence d’arthrose plus élevée.

English

Belief
Running increases OA of the knee, because of the impact with the ground and repeated movements. Such stress creates lesions on the cartilage which become irreversible with time.

Fact
Recent studies have shown that runners do not have more OA than people who do not run.

My opinion
A runners’ patellar cartilage is thicker and stonger than one of a sedentary person. This can be explained by the simple fact that the fabric has adapted to mechanical stress. Insofar as the stress is applied gradually and that it does not exceed the adaptation capacity of the fabric, a tissue remodeling will be positive. In other words, cartilaginous tissue, which is a living tissue, will rebuild more than it worsens.
The force of the impact could have an influence on the degree of stress on the cartilage and consequently its degeneration. The shoe’s absorption or the softness of the surface does not change the impact of the stress on the skeleton, contrarily to the intrinsic mechanisms that play a critical role (run smoothly!).
The traumatically injured cartilage would have a very limited potential healing. Because of that, some sports where traumatic injuries by twisting and physical contact are more common, have a higher impact on OA.