Tweet

22 septembre 2011

26

Débat Kmag sur la chaussure / Kmag’s footwear debate

English follows

 

Le 14 septembre dernier, le magazine Kmag était l’hôte d’un débat public portant sur la chaussure traditionnelle vs. la chaussure minimaliste. Reflet de toute l’effervescence actuelle sur le sujet, l’évènement tenu à la Grande Bibliothèque de Montréal affichait salle comble.
Voici le débat dans son intégralité suivi d’un autre vidéo de l’introduction de Blaise à ce débat:


Voici nos commentaires et impressions à chaud sur le débat.

Simplement pour préciser la terminologie, notez que à l’inverse de la chaussure traditionnelle, la chaussure minimaliste est plus : simple, basse, près du sol, légère et flexible.

Ce que nous savions déjà :
* Les magasins vendent des chaussures avec l’impression qu’elles sont « normales » et pas si « traditionnelles » (absorbantes, grosses, rigides, lourdes, … )
* Avec la tendance et les nouveaux produits des grosses compagnies, le minimalisme a le spectre large… on est parfois bien loin du pied nu et de ses avantages.
* S’il n’y avait pas de prescripteurs de minimalisme et de tendance populaire, on continuerait de ne vendre que du traditionnel.
* Les compagnies ont plein d’articles scientifiques qui justifient leurs technologies, mais les gardent secrets et ne les publient pas… imaginez toute la bonne information sur les chaussures traditionnelles que nous ne connaissons pas (☺)!

Ce que nous avons appris :
* Tous les panélistes sont POUR le minimalisme, mais la plupart ont de bonnes raisons de ne pas le recommander. Ils sont POUR si prescrit au « bon profil » de personne (type de pied et de biomécanique, poids de la personne, surfaces, …) : des concepts soit flous ou non scientifiques qui réconfortent le vendeur qui oriente plus de 90% des coureurs vers du traditionnel. De bien faibles arguments pour nous convaincre du pourquoi le coureur récréatif ne peut accéder à l’eldorado de la chaussure minimaliste.
* Même Blaise recommande des chaussures traditionnelles pour autant que les trois conditions suivantes soit rencontrées : déjà adapté à ce type de chaussure ET pas de blessure ET ne désire pas améliorer ses performances… ce qui ne correspond certainement pas au pourcentage de vente des chaussures traditionnelles (> 90%)

Ce que nous ne savons toujours pas :
* L’ensemble des panélistes semblaient d’accord que les enfants en développement devraient être pieds nus ou en minimalistes… À partir de quel âge, selon les défenseurs des chaussures traditionnelles, devrions-nous donc commencer à porter des chaussures traditionnelles ? Pourquoi les magasins de chaussures et les compagnies font la promotion de chaussures traditionnelles chez les jeunes ?
* Qu’est-ce qui justifie que plus de 90% des chaussures vendues dans les boutiques spécialisées sont traditionnelles? Qu’est-ce qui justifie que le débutant qui se présente dans une boutique spécialisée sans prescription ne se fait jamais recommander autre chose que du traditionnel?

Nos conclusions
Les fausses croyances sont tellement cristallisées que les évidences scientifiques sont insuffisantes pour changer les pratiques et les mentalités bien ancrées. Chacun arrête son cheminement de réflexion au niveau qui le réconforte dans ses propres convictions. Ce débat ne changera pas les pratiques actuelles (vente et promotion), mais le consommateur averti changera l’avenir de la chaussure de jogging… au final, c’est toujours lui qui décide.

Merci aux panelistes, aux organisateurs et au modérateur (Anne-Marie David, François Lecot, René Therrien, Kaireen Patton, Gilles Labre / Marianne Pelchat, Pierre Hamel / Yves Boisvert)

L’équipe de la La Clinique Du Coureurmc

P.S. Laissez-nous savoir vos impressions, écrivez vos commentaires!

English

Hello everyone,
On september 14th, there has been a major debate on running footwear, traditionnal vs. minimalist, organized by Kmag magazine at La Grande Bibliothèque de Montréal. The event has been a sold out success with its 300 seats but also has been the reflexion of the effervescence happening now in the world of running.
6 experts panelists, all professionals from different environments touching the running industry, took their turn to argue on their vision of the subject.
Here’s the debate in its entirety followed by another video with Blaise’s introduction to this debate:


Here are our comments and impressions following the debate.

What we already knew :
* Retailers sell shoes with the impression that they are « normal » and not so much « traditional » (absorbing, big, stiff, heavy, …).
* The new trend tends to go wide on the definition of a minimalist shoe.
* If it wasn’t for professionals prescriptions and popular trend, retailers would keep selling only traditional running footwear.
* Companies keep many scientific articles justifying their technologies, but they keep them « secret » and won’t publish them because of corporate espionage… Let’s imagine all the good information on traditional footwear that we don’t know!

What we learnt :
* All 6 panelists aren’t against minimalist footwear as long as their running profil goes along with the shoe.
* Even Blaise will recommend a traditional shoe to a runner who is : 1) adapted to his/her shoe for a long time 2) is uninjured 3) doesn’t want to improve his/her performances.

What we still don’t know :
* All panelists seemed to agree that young children should go barefoot or in minimalist footwear. The question that hasn’t been resolved is « at what age do they start to sell our children traditional footwear??? »
* What justifies that a beginner runner always gets to be offered traditional footwear when showing at a running shoe retailer?

Our conclusion :
False beliefs are so crystallized in our minds that scientific evidences are insufficient to change our practices and mentality. Everyone stops his/her path to his/her personal experience and convictions. This debate won’t change the current pratice (corporate) but at the end, the smart informed shopper will decide of the industry’s destiny.

Thanks to the panelists, organizers and moderator (Anne-Marie David, François Lecot, René Therrien, Kaireen Patton, Gilles Labre / Marianne Pelchat, Pierre Hamel / Yves Boisvert)

The Running Clinic™ crew

P.S. Let us know what you think, please leave comments!

26 Comments Post a comment
  1. Incredible job putting together such a great event. Now can you please translate it into English, so we English-speakers can hear what was said? Truly ground breaking event!!

    Répondre
    • sept 22 2011

      Hi Kyle,
      Soon a english voice over will be post on my 5 minutes presentation.

      Répondre
  2. sept 22 2011

    I don’t speak French but I do know Spanish and was able to glean about 85% of Blaise’s introduction thanks to his clear articulation. As a physio and Certified ChiRunning Instructor I agree with everything he said…that I could understand. :)

    Because I value form over fashion when it comes to running it is quite the paradox that even in our own ranks of physios here in the States there is a blind loyalty to outmoded thinking. Physios are still arbitrarily pushing poor education about running shoes (making specious scientific arguments) without putting in place a corrective strategy for running form re-education.

    Thanks for the debate. I will try to get through the entire thing and see how much French I can handle.

    Répondre
  3. sept 22 2011

    Excellent job Blaise & team. You’ve set the bar high…we hope to make the Vancouver event in January just as good.

    Répondre
  4. Demeure marco
    sept 22 2011

    Succinct et parfaitement clair …. No comment !
    Bravo Blaise !

    Répondre
  5. sept 22 2011

    Dans ce « duel », on constate que les personnes en présence sont toutes professionnelles et bien articulées. Malgré leurs professionnalismes, il est surprenant de constater l’ampleur de l’emprise des paradigmes sur les chaussures coussinées et structurées qui seraient supposées aider le coureur à ne pas se blesser. Il faut avoir vécu la transition vers le minimalsite pour réellement comprendre comment cette philosophie aide la biomécanique naturelle du corps. Bravo Blaise pour ta droiture… Tu étais solide.

    Répondre
  6. sept 22 2011

    Bonjour,

    dans un premier temps, bravo pour le débat. J’aimerais toutefois ajouter mon grain de sel. Premièrement, il je trouve que c’est une généralisation de dire que les boutiques spécialisées orientent 90% des débutants vers des chaussures traditionnelles. Travaillant moi-même chez Fradette Sport, (je m’occupe des achats), je dirais qu’au moins 50% des chaussures vendues pèsent mins de 10 oz. Je sais que c’est aussi le cas dans au moins une autre boutique spécialisée. Je dirais donc que les vendeurs ne sont pas tous mauvais et qu’au moins certains d’entre eux sont animés par un esprit scientifique fort.
    En ce sens, comme vous le dites dans l’intro, pas encore d’études cliniques qui confirment une augmentation ou une diminution du risque de blessure avec des chaussures minimalistes. Je crois qu’il serait prudent d’attendre la sortie de ces études avant d’envoyer 100% des gens vers des chaussures minimalistes. Bien qu’il soit logique que les chaussures minimalistes préviennent les blessures, ce qui est logique n’est pas toujours vrai. Aussi, on peut imaginer qu’une grosse chaussure coussinée peut avoir un certain effet placebo. Si il guérit… pourquoi pas?
    Aussi, je ne crois pas beaucoup au «complot» des grandes compagnies, parce qu’elles font probablement autant (ou plus!) d’argent à vendre des minimalistes au prix de chaussures maximalistes…
    En conclusion, je crois (parce qu’il s’agit de croyance et non encore de science) que les chaussures minimalistes aident à devenir plus performant, à éviter les blessures et à avoir plus de plaisir à courir. Mon expérience en tant que coureur me fait sentir toutes ces belles promesses. Toutefois, j’ai bien hâte que la science confirme toutes ces croyances.

    Daniel Riou

    Répondre
    • sept 22 2011

      Merci Daniel,
      Voici quelques précisions sur ma pensée :

      Le marché nord américain (idem en Europe) de la chaussure minimaliste-racer représentait moins de 3% il y a 2 ans. Ce chiffre a plus que doublé l’année passée et continue de grandir à vitesse grand V. On projette cette année un ratio 90-10% (traditionnelles vs minimalistes) qui ressemble beaucoup (au mieux!) à l’ENSEMBLE des magasins de chaussures spécialisées et moins spécialisées… PARTOUT… à l’exception de certains magasin de la ville de Québec (toi, PEPS et Coureur Nordique qui ont des pourcentage entre 70-30 et 50-50) et certains courageux, par-ci par-là, qui ont ouvert des magasins d’abord et avant tout de chaussures minimalistes (voir la section chaussure dans http://www.lacliniqueducoureur.com/fr/specialistes-pres-de-chez-moi/cliniques-specialisees.php).

      Pour les évidences scientifiques, je ne vois pas l’intérêt de justifier la prescription de chaussures minimalistes autant que la prescription de chaussures traditionnelles. Les compagnies de médicaments ont à démontrer l’innocuité et l’efficacité de leur « intervention » avant de le mettre sur le marché… ce qui n’a jamais été fait avec la chaussure de course à pied moderne/traditionnelle! Sachant qu’elle n’est pas efficace pour réduire les blessures et elle présente plusieurs effets secondaires néfastes, je crois que nous devrions prescrire la chaussure moderne seulement lorsque les évidences scientifiques montreront clairement leur efficacité et surtout leur innocuité.
      Je pense qu’un ratio de 10-90 serait plus logique qu’un ratio 90-10
      Blaise

      Répondre
    • nov 9 2011

      Daniel,

      A-t-on exigé des preuves scientifiques avant que les fabricants de chaussures adoptent le virage vers les chaaussures plus technologiques et complexes? Y-avait-il plus de blessures à l’époque où Bowerman travaillait sur ces premiers prototypes avec un talon beaucoup plus imposant?

      Les boutiques à Québec ne sont pas selon moi représentative de l’ensemble du marché au Canada. Y-a-til pour autant plus de blessures chez les clients de ta boutique, du Coureur Nordique? En ce sens moi et Blaise dans nos critique ne visont pas ces boutiques qui font preuve d’une ouverture d’esprit.

      Je regarde juste dans mon cercle d’amis de notre club de course à pied (CCPUL), j’ai deux cas qui sont allé consulter en clinique et dans les deux cas c’est loin d’être minimalistes comme chaussures.

      Par contre, quoi qu’en pense certains le minimaliste et le pieds nus je n’en fais pas une religion et en ce sens je suis d’accord avec toi que l’essentiel c’est d’avoir du plaisir à courir. Par contre on pourrait peut-être convenir qu’une meilleure efficacité et un ratio de blessures moins élévé pourraient aider à avoir encore plus de plaisir.

      Répondre
  7. Pascal Vittoz
    sept 23 2011

    J’ai regardé avec interet le debat et malheureusement, comme bien des debats, aucune avancée significatif en est resortie. Je serais tres surpris que le docteur Therien est changé son point de vue suite au debat…De ce fait, comme l’a dit Yves ci-dessus, c’est la propre experience de chacun qui permet de se faire le meilleur jugement. Toutefois nous sommes tres chanceux au Québec d’avoir quelqu’un comme Blaise qui est allé aussi loin dans ces recherches pou nous amener une reflexion sur les chaussures de course et notre facon de courrir. Imperturbable dans son discours il a su argumenter a chaque fois qu’il était visé. Bravo Blaise…J’ai aussi beaucoup aimé que Francois Lecot repete a plusieurs reprise que la « progression », « etre progressif » est le maitre mot pour eviter les blessures. Pour finir je dirais que la nuance est toujours de bonne augure…

    Répondre
  8. Hugo Drouin
    sept 23 2011

    Bravo pour ce débat! et surtout à Blaise pour sa droiture et sa passion pour le sujet. C’est ce que nous avions besoin depuis très longtemps. On voit encore beaucoup de réticence de la part de certains qui ont peur du changement. J’ai bien rigolé lorsqu’un des panelistes à fait référence à Québec comme l’antre de la bête. J’aimerais bien voir si leur attitude reste la même si jamais la course minimaliste prend son envol et continue à progresser d’ici les prochains 5 à 10 ans… Il ne faut pas négliger les études scientifiques et surtout mettre une fin au côté trop anecdotique des tendances sur la course à pied. Il faut utiliser son gros bon sens et progresser toute nouvelle activité physique graduellement pour obtenir le succès escompté. Lâche pas Blaise, les sceptiques seront C.O.N.F.O.N.D.U.S.

    Répondre
  9. sept 25 2011

    Le sujet dérange, allume, éveille, soulève les passions…
    Pour voir d’autres visions, plusieurs blogues ont été lancés au Québec. En voici deux bien intéressants : http://dunefouleealautre.wordpress.com/2011/09/24/chaussure-traditionnelle-versus-minimaliste/ … et http://www.daniel-blouin.ca/2011/06/07/chaussures-minimalistes-brooks-t7-vs-xlite-155-inov-8/
    Blaise

    Répondre
  10. Jean Tittley
    sept 26 2011

    Bravo aux panélistes pour la qualité du débat, même si certains n’ont pu s’empêcher de tomber encore dans l’anecdotique pour justifier certaines opinions déjà faites.
    Je suis physiothérapeute à Québec, j’ai suivi la formation à Blaise, et j’adhère à son raisonnement à 100%, et pas parce que j’ai été ensorcelé par un gourou !!! Simplement parce que je sais que son travail est parfaitement rigoureux et scientifique, et parce que c’est ce que j’ai entendu de plus logique sur le sujet.
    Le principal problème, comme l’ont fait remarque plusieurs panélistes et spectateurs, c’est le manque d’information, et de formation, des principaux intervenants dans le domaine et du public (sur la chaussure, mais aussi la progression, le patron de course, la préparation, l’échauffement…). Heureusement, grâce à des initiatives comme celle de kmag, je vois un avenir beaucoup plus rose pour les coureurs.
    En fait, je résumerais la situation actuelle comme ceci. Hormis pour quelques cas d’exception, de deux choses l’une. Soit on choisit ou conseille des chaussures absorbantes et technologiques par ignorance, par refus d’entendre les données scientifiques rigoureuses, ou par intérêt financier, en se donnant des arguments anecdotiques ou sans aucun fondement sérieux ; soit on adopte un véritable esprit critique, on pèse tous les arguments disponibles et on opte pour une chaussure basse et souple, en étant très progressif.
    Ah oui… à ceux qui disent que les études scientifiques, c’est fait dans des labos et que ça s’applique pas dans la rue, svp, soyez un peu sérieux. Une étude statistique sur l’incidence des blessures, ça se court pas dans un labo. Et les fameuses études secrètes des compagnies de chaussures, vous croyez que c’est des études terrain plus valides ?…

    Répondre
  11. sept 27 2011

    Merci pour nous permettre de suivre ce débat très intéressant et passionnant.
    Madeline de WalkingShop Annecy (un des premiers shops en France à commercialiser des chaussures minimalistes)
    http://www.facebook.com/#!/profile.php?id=100000676025422

    Répondre
  12. oct 16 2011

    Envoie de Gilles Labre aux panélistes du débat (commentaires affichés avec sa permission)

    Le 14 septembre dernier l’audience était majoritairement composée de coureurs alignés, de physiothérapeutes, de kinésiologues, d’entraîneurs, de personnel qualifié de boutiques spécialisés, de plusieurs coureurs élites ayant performés à une autre époque… Il y avait très peu de ces gens qui courent uniquement pour se détendre ou pour maintenir un bon niveau de condition physique sans égard à la performance. Ces gens sont curieux, avec raison, lorsqu’ils entendent parler de minimalistes à travers les arguments des dogmatiques. C’est pour eux que nous devons nuancer. Les autres découvriront bien par eux-mêmes la limite du concept avec les conséquences que cela comporte.

    Tant et aussi longtemps que les dogmatiques du minimaliste vont prétendre que les manufacturiers conspirent, que les chaussures traditionnelles blessent les coureurs, que les chaussures minimalistes augmentent automatiquement la performance de tous et chacun, que les coureurs élites performeraient davantage avec ces chaussures, qu’il est impossible de courir correctement avec des chaussures traditionnelles, que des « racing flat » c’est trop gros, qu’ils baseront leur propos sur des études dont les résultats ne peuvent en aucun cas s’appliquer à l’entière communauté des coureurs (y compris tous ceux et celles qui ne participent pas à des événements populaires) et qu’ils continueront de prétendre qu’hors du minimaliste il n’y a point de salut, je m’opposerai vigoureusement à cette religion qui vise à convertir tout le monde, sans nuances, à l’usage continu d’une seule et unique catégorie de chaussures.

    Et ce sublime argument à l’effet qu’il n’existe aucune justification scientifique derrière la fabrication des chaussures de course à pied, ce n’est pas sérieux. Quelle démagogie!

    Tout ce débat sur les chaussures minimalistes et traditionnelles dépasse, à mon avis, la question des chaussures. Générations, conspiration, tendance, mode, simplicité volontaire, retour à la nature, économie, mission, visions … autant de courants et d’éléments à distinguer pour voir clair dans tout ça.

    Cela a au moins le mérite de faire parler de la course à pied. Les méchants capitalistes vont en profiter!

    Amicalement,
    Gilles

    P.S Il y a une nuance entre être Pour et ne pas être Contre…

    Répondre
    • oct 16 2011

      Gilles,
      C’est très bien écrit mais c’est un peu vide.

      « Il y avait très peu de ces gens qui courent uniquement pour se détendre ou pour maintenir un bon niveau de condition physique sans égard à la performance. Ces gens sont curieux, avec raison, lorsqu’ils entendent parler de minimalistes à travers les arguments des dogmatiques. C’est pour eux que nous devons nuancer. »
      S’il y a justement une population pour laquelle j’insiste sur le minimalisme, c’est bien les débutants… sans mauvaises habitudes! Je suis très intrigué de connaitre les arguments qui justifient (pour le client… pas pour le vendeur!) la vente de grosses chaussures à haut prix… sachant qu’ils sont plus souvent perçues comme moins confortables, elles sont probablement plus à risque de blesser, elles sont plus chères et elles sont moins performantes.

      « dogmatiques du minimaliste »… « ils continueront de prétendre qu’hors du minimaliste, il n’y a point de salut, je m’opposerai vigoureusement à cette religion »
      ??? on appelle ça de la science, de la logique, et un peu d’éveil vis-à-vis l’influence commerciale que l’on nous impose!

      « les manufacturiers conspirent »
      Conspiration est un peu fort… quoi que l’on est pas si loin parfois. Leur seul intérêt reste les $$$… ce qui nécessite donc un peu plus de sens critique sur les concepts qu’ils nous vendent comme des vérités.

      « les chaussures traditionnelles blessent les coureurs »
      Oui… c’est une partie du puzzle… même si une petite pièce…

      « Les chaussures minimalistes augmentent automatiquement la performance de tous et chacun »
      Oui, une majorité!!!

      « Les coureurs élites performeraient davantage avec ces chaussures »
      Certainement! Ils compétitionnent d’ailleurs avec des chaussures qui s’en approchent.

      « Il est impossible de courir correctement avec des chaussures traditionnelles »
      C’est effectivement possible… mais c’est moins de 20 % des coureurs qui courent avec des biomécaniques efficaces et sécuritaires en grosses chaussures.

      Je pourrais continuer de commenter… mais j’observe qu’il ne s’agit pas d’arguments (peut-être parce qu’il y en a peu… ou pas vraiment?) mais d’opinion sans fondement… mon préféré restera tout de même cette citation « Et ce sublime argument à l’effet qu’il n’existe aucune justification scientifique derrière la fabrication des chaussures de course à pied, ce n’est pas sérieux. Quelle démagogie! » Gilles, connais-tu de la science qui justifie la prescription ou la promotion des chaussures traditionnelles que tu vends (95% de ton marché?) … ou tu crois simplement l’argument bidon des compagnies qui disent que leurs études sont secrètes? Les as-tu déjà vues? que disent-elles? Les chaussures à 200$ avec plein de technologies sont plus confortables, diminuent le risque de blessures et améliorent les performances?

      Pour un vrai débat, je t’invite à supporter tes affirmations avec des arguments soutenus (science, expérience, statistiques, …) et non pas juste discréditer sans arguments, protéger ses propres pratiques, se cacher en arrière d’une science qui n’existe pas…

      Amicalement,
      Blaise
      P.S Je suis pour le minimalisme pour 95% des gens et pour le traditionnel pour 5% des gens

      Répondre
    • nov 9 2011

      Dans votre argumentaire lors du débat, un passage m’a laissé pantois. Je n’arrive vraiment pas à comprendre pourquoi une prescription médicale serait nécessaire pour accepter de vendre une chaussure minimaliste parce que certains coureurs se blesseront et retournerons à la boutique se plaindre. Pour les autres coureurs qui se blessent avec des chaussures beaucoup plus convenables – selon vous – pour prévenir les blessures d’après quelle logique ne devraient-ils pas retourner se plaindre à la boutique? Pourquoi soudainement lorsqu’ils s’agit du minimalisme le seul coupable est la chaussure?

      Quant à vos prétentions que le camp minimaliste est dogmatique vous me faites penser à certains politiciens qui sont très tendance à Québec. On se prend une « clip », on la répète jusqu’à l’enfoncer de force dans la tête des gens. Je constate que vous maitrisez bien l’art du « argumentum ad hominem » et de l’épouvantail (aka « straw man »).

      Répondre
  13. oct 25 2011

    Dans ce débat, fort est de constater que les gens présents sont des professionnelles .Mais,malgré cela, il est surprenant de voir la prédominance du public sur les chaussures ayant un gros amorties.on tombe maintenant dans l’excès inverse avec la mode des chaussures minimalistes.N’existe t-il pas un juste milieu entre les deux, mais en tout cas ce débat intéressant fait avancer les choses.Alors bravo!

    Répondre
    • oct 25 2011

      Le problème que nous avions il y a 2 ans en Amérique du nord et que vous avez maintenant en Europe, c’est que 97% du marché était des chaussures traditionnelles TAP (avec Talon surélevé, Absorption et technologies anti-Pronateurs) et que le 3 % du reste était des chaussures réservées aux athlètes légers qui courent vite (racers ou racing flat shoes). Ce marché lucratif, totalement biaisé et exclusif (il n’y avait que ça sur le marché) a réussi à faire croire à tout le monde qu’il n’y avait que les chaussures TAP pour être confortable et surtout pour prévenir les blessures. Même si je prescris du minimalisme depuis 10 ans et que j’ai formé des centaines de professionnels de la santé dans ma région, ce mouvement vers la simplicité a évolué à pas de tortue… jusqu’à ce que ça devienne la mode ! Donc vive la mode si ceci nous ramène à ce que la science supporte… et que la nature avait prévu.

      Le juste milieu pour l’homme moderne est justement la chaussure minimaliste : les avantages du pied nu ET de la chaussure.

      Répondre
  14. François L'Abbé
    nov 1 2011

    Chacun doit trouver la chaussure qui lui convient en fonction de sa progression dans la compréhension de la biomécanique de la course. C’est probablement ce que je préfère dans le débat actuel, à savoir que de nouvelles idées émergent (basées sur la science), bousculent et questionnent ceux qui prennent la peine de s’y intéresser.

    Personnellement, après avoir « tâté » du minimalisme, je ne pourrais plus revenir en arrière, en essayant de ne pas trop embarquer dans le jeu des vendeurs de chaussures.

    Recette d’une chaussure de transition pour « rentrer dans son argent » et économiser: J’ai pris mes vieux Brooks Defyance (profil 30mm/18mm), j’ai enlevé un centimètre de talon et j’ai changé la semelle intérieure. Résultat: une chaussure qui, même en restant un peu lourde, a maintenant un profil de 16mm/15mm. J’alterne avec les Trail Glove et les Lunas et ça fait la job. Je vais passer à travers avant de m’en acheter d’autres!

    François L’Abbé

    Répondre
    • nov 1 2011

      Super attitude!
      … et on réalise après 1 an que nous courrons mieux, qu’on se blesse moins, que ça nous coûte moins cher et qu’on a même plus de plaisir…

      Additionner l’épaisseur avant et arrière pied pour connaître l’indice d’interférence est aussi une bonne manière de comparer les chaussures entre elles.

      Bon jogging
      Blaise

      Répondre

Trackbacks & Pingbacks

  1. Les godasses du Nord » Blog Archive » Conclusion du débat sur les chaussures minimalistes
  2. Chaussure traditionnelle versus minimaliste « D'une Foulée à l'Autre
  3. Start List/Liste de Départ: Marathon Season! « Montreal Endurance
  4. FC... pour les nuls! - Page 5
  5. persoonlijke lening

Share your thoughts, post a comment.

(required)
(required)

Note: HTML is allowed. Your email address will never be published.

Subscribe to comments