Tweet

29 janvier 2013

15

L’avenir du minimalisme / The Future of Minimalism


English follows

Dans un des derniers numéros de runninginsight.com, un magazine nord-américain pour les personnes oeuvrant dans le business de la course à pied, certaines statistiques de 2012 sur les comportements relatifs au minimalisme ont été rapportées (document ci-présenté). Voici quelques points clés:

  • 2% des coureurs n’ont jamais entendu parlé des chaussures minimalistes
  • 59% ont entendu parlé des chaussures minimalistes mais n’ont jamais essayé
  • 17% utilisent parfois des chaussures minimalistes
  • 11% utilisent habituellement ou constamment des chaussures minimalistes
  • Ces statistiques augmentent chez les coureurs plus expérimentés : 36% des coureurs qui courent souvent utilisent parfois, souvent ou constamment des chaussures minimalistes contrairement à 22% pour les coureurs courant moins fréquemment.

Ce qui est le plus intriguant est la réponse à la question : La première fois que vous avez essayé une chaussure minimaliste, avez vous été au magasin avec l’intention spécifique de les essayer ? À ma grande surprise, une grande majorité des répondants ont dit que oui. Seulement 27% des personnes se sont donc fait proposer une chaussure minimaliste par le vendeur.

En conclusion, 60% des coureurs sont éveillés au concept minimaliste mais n’ont jamais essayé… parce que les détaillants ne sont pas portés à les proposer. Les raisons restent obscures et varient selon les commerçants : philosophiques, influences commerciales inconscientes, mercantiles ? La faible promotion de ce type de chaussure par le détaillant serait-il la principale raison qui expliquerait la réduction de la croissance des ventes de chaussures minimalistes? (On en vend toujours de plus en plus mais la croissance des pourcentages ralentit.) Serait-ce le jeu des compagnies qui ont réussi à nous nous faire croire que ce n’était pas bon pour la santé?

Je reviens donc sur la série de billets que nous avions fait sur les détaillants. La balle est dans votre camp… À vous de la saisir.

Notre prochain billet : les recommandations de chaussures basées sur une approche scientifique.

 

English

In one of its latest issues, runninginsight.com, a North American publication intended for business people working in the field of running, released a number of statistics from 2012 with respect to trends related to minimalism (document here shown). Here are a few key points that were highlighted:

  • Two percent of runners had never heard of minimalist or barefoot running shoes.
  • Fifty-nine percent had heard of minimalist/barefoot running shoes but had never tried out a pair.
  • Seventeen percent used minimalist or barefoot running shoes from time to time.
  • Eleven percent typically or always used minimalist or barefoot running shoes.
  • These statistics increased in the case of more experienced runners with 36 percent of high-frequency runners using minimalist shoes sometimes, typically or always versus 22 percent for low-frequency runners.

What’s most intriguing was the answer provided to the following question: The first time you tried minimalist or barefoot shoes, did you go into the store with the specific intention of trying them out? I was astonished to find that most respondents had answered “Yes.” Only 27 percent of people had thus been proposed a pair of minimalist shoes by the salesperson.

Finally, a total of 60 percent of participants knew about minimalist shoes but had never tried any out because salespeople were simply not used to proposing them. While it is still unknown why, the reasons vary from one storekeeper to another: philosophical issues, unconscious marketing influences, profit-related motives? Would this low promotion level on the part of retailers be the main reason why minimalist shoe sales growth percentages have been slowing down (sales are still going up but the growth percentage is not progressing as much)? Could this be the work of companies successfully tricking us into believing that such shoes are not good for the body?

On that note, I want to refer to the series of posts that were published on shoe retailers, it is your turn to speak up. The ball is in your court.

Our next ticket will deal with shoe recommendations based upon a scientific approach.

15 Comments Post a comment
  1. jan 30 2013

    C’Est pour cela que JOG X est complètement différente de tous les autres boutiques de course à pied….car nous sommes la seule qui recommande d’abord une chaussure minimaliste!

    Répondre
  2. Kyle Roberts, C Ped
    jan 30 2013

    The reason retailers are hesitant to bring out minimalist shoes is because it’s more work for them to sell the minimalist concept. The easiest route is the same way they’ve been doing it for years and years – they explain that if a customer is a runner then a cushioned shoe should be in order. And if the customer is going to run longer distances then a more cushioned shoe would be even better. As we know, this has been shown, scientifically, to not be the case.

    Someday people won’t be so afraid to work the muscles of their feet.

    I own a minimalist shoe store and, ethically, will only sell shoes that are lightweight, flat, and flexible. These shoes give my customers six-pack arches (like six-pack abs);-)

    Kyle, Revolution Natural Running
    Wisconsin

    Répondre
  3. Rob
    jan 30 2013

    Bottom line Blaise, for majority of runners who ask for real help in a sneaker shop like ours, beyond the help required to find it in stock, are for the most part the least experienced runners or and/or have no experience running. Runners who know what they want/what generally works for them have experience on the roads. They may drop in and pickup the new color/style change minimal or traditional. A less experienced runner/no experience runner is simply not typical appropriate target audience for minimal necessarily…These rules generally apply where that sneaker store is trying to do this on good science and good experience.

    Répondre
    • jan 30 2013

      Hi Rob,
      I agree that the experience runner asking for a specific type of shoes don’t necessary need to be oriented. Especially if he is not injured, he don’t want to improve his performance and he is use to run with a specific type of shoes… and ask for the same.
      But I have a hard time to find a reason why a beginner won’t start with a minimalist shoes (TRC rating >70, to be more precise)
      If you have some, I would like to know it. Nothing actually justify the prescription of a big bulky shoes (light trainer included… and bigger) to a beginner.
      Not sure I understand you when you say « These rules generally apply where that sneaker store is trying to do this on good science and good experience. »

      Répondre
      • Julie
        fév 1 2013

        Bonjour,

        I am a « beginner » runner and maybe I can shed a bit of light on this for you. Of course, I can only talk for myself here but I am convinced I am not the only one in this situation.

        I have only gone to a specialised running store once because someone took me there to buy my first pair of running shoes. I was very uncomfortable with the hole buying experience as I knew nothing about running shoes. I was even more so when I got there and the person helping me started asking me questions. I had no answers for her really. I was completely overwhelmed. I tryed some on. I choose a pair and used them for a few years until I saw the same pair on sale so I got new ones. Used those for years too. (I was an occasional runner). I didn’t want to got to the store again as I still didn’t really knew what I needed or wanted. Next pair was given to me. Today, i need to get myself new shoes. I run alot more. I have changed my way of running to suite a more minimalist style and I know I want minimalist shoes. I am still afraid to go back there. My first experience was good so I asked myself why do I feel this way. The first reason I coul identify is that I don’t know anything about shoes. I need them but have absolutely no idea what is what. Ok, so the staff is supposed to help me wih that you might say. Here lies my second fear: how am I supposed to know if the person is really an experienced one as, I know from shopping for bikes (I have a great knowledge of bikes) that you might get a really knowledgeable person with lots of experience but you migt also get someone telling you all kinds of whatever they think you want to hear just to get you to buy a product – both sounding as confidence worthy to the novice. Add buying a whole new product just starting to establish itself as more of a norm and less of a « thing that will pass » and you put the anxiety of shopping up a notch. To top it off, spending between 150$ and 200$ on something I am not sure to like and feel comfortable in is not exactly an easy choice to make.

        So, soon, I will go and get advice and buy a pair. All I wish for now is for it to work for me and feel it was worth the trouble and the money.

        Bonne journée

        Julie

        Répondre
  4. pascal
    jan 30 2013

    Hi there,
    there is a problem in your graphs, which affects the credibility of what you are saying; that’s too bad.
    On the left 70%, 64% and 74% are much above the corresponding values on the axis, which looks as if you were manipulating the reader…
    You should change this;
    Thank you for your interesting work,
    All the best,
    Pascal

    Répondre
    • jan 30 2013

      Thanks for the comment Pascal.
      We just cut and past a part of the original document… and I agree there is a mistake. The numbers are good… not the value on the axis. If you want the complete document write an email to info@therunningclinic.com. I will send to you
      Best

      Répondre
  5. Francis
    jan 30 2013

    Bonjour,

    Seulement mentionner que même si le magasine est nord-américain, le sondage est réalisé aux États-Unis seulement. Comme mentionné dans l’introduction du reportage : »In a survey of about 1 000 dedicated runners nationwide, (…) » alors que les références sont des États-Unis.

    Que pensez-vous des similitudes entre le marché des chaussures minimalistes étasunien et celui québécois ou encore canadien? De la ville versus la campagne?

    Je suis en Gaspésie et l’été dernier, j’ai trouvé une boutique de sport ou la jeune vendeuse n’avait jamais entendu parlé de chaussures minimalistes. Son superviseur connaissait un peu par contre. Mais il ne faut pas se tromper, plusieurs coureurs de la région se chaussent en minimalistes. J’achète sur internet et plusieurs vont en ville pour magasiner. On commence tranquillement à voir certain modèle en magasin.

    Répondre
    • jan 30 2013

      D’avoir visité des magasins de chaussures en Australie, partout en Europe, au USA et au Canada d’un bout à l’autre du pays… c’est presque partout pareil… à quelques différences prêt.
      - Les Européens sont en retard de 1-2 ans…
      - Les régions éloignées, par leur marché plus petit, se font proposer par les compagnies ‘les gros vendeurs’ d’abord et avant tout… et ont donc moins de choix… moins de choix de chaussures spécialisées … moins de choix de chaussures minimalistes.

      Répondre
  6. Joëlle
    jan 31 2013

    Bonjour,

    Pour faire suite au message de Francis sur l’accessibilité des minimalistes en magasin, à l’automne j’ai voulu acheter ma première chaussure de course pour l’hiver sans savoir ce qui est préférable (néophyte). Je suis allée dans une boutique spécialisée (Québec) et j’ai demandé conseil. Je voulais la même marque que j’utilise l’été sur route (Inov8 / Bare-x-lite 150). Le détaillant m’a conseillé des souliers de Trail pour aller dans la neige… Dans la marque Inov, il avait seulement 3 modèles à me proposer et aucun n’avait un différentiel de 0. Il m’a dit que dans le Trail, il n’y en avait pas de zéro… Les trois modèles avaient un différentiel de 3mm, 9mm et 6mm respectivement. Il m’a dit que ça ne faisait aucune différence pour la course et que c’était une chaussure minimaliste peu importe le différentiel… Heureusement, la chaussure qui était la plus confortable pour moi avait un différentiel de 3mm. N’y connaissant rien, j’ignore si c’est dommage que je passe d’un différentiel de zéro à 3 pour l’hiver (inov TrailRock) ou l’été prochain aussi puisque j’aimerais les utiliser éventuellement pour faire du trail… Actuellement, je n’oserais pas acheter sur internet sans les essayer (peut-on les retourner facilement si ça ne fait pas ?).

    Répondre
    • Francis
      jan 31 2013

      Bonjour Joëlle!

      Sur Internet, il est possible de comparer plusieurs chaussures qu’on veut acheter avec une paire qu’on possède déjà. Shoefitr on développé une technologie très intéressante pour se faire. Sur les sites appropriés, il suffit de choisir la chaussure qui nous intéresse et de cliquer sur « see how it fit » ou quelque chose du genre et de comparer avec le modèle de notre choix.

      Lien pertinent: http://shoefitr.com/

      Répondre
      • Joëlle
        fév 2 2013

        Un gros merci Francis ! :-)

        Répondre
  7. joming
    fév 1 2013

    Hi,
    Bonjour à tous et toutes,

    je rentre d’une seance de running en minimaliste, et je me demandais pourquoi en effet les commercants se refusent à proposer ce type de chaussures.

    3 hypothèses :
    1- comme pour les médecins en france lorsqu’ils prescrivent un médicament plutot qu’un autre, c’est à 80% la pression du laboratoire pharmaceutique sur le medecin qui fait que vous vous retrouvez avec tel médicament plutot que tel autre; ici en france région rhône alpes, la pression de SALOMON est très forte; normal, les siège est dans la region!
    2- la marge commerciale est probablement plus interessante sur les produits NIKE ou MIZUNO par exemple, que sur les marques plus orientées minimalistes; et le vendeur est avant tout un commercant
    3- l’ignorance sur la physiologie humaine et la biomécanique du mouvement, ainsi que sur l’histoire de la chaussures en running; il est risqué pour certains magasins de développer des arguments vantant les mérites d’une semelle fine, alors que 6 mois avant il vantait l’opposé!!

    Il y a probablement un mixte de ces 3 hypothèses, et mon sentiment est que l’évolution viendra d’un point de vue alternatif : soit des champions de la course à pied s’investissent dans des campagnes de pub avec résultats probants à la clefs, soit le corps scientifique et médical communique plus largement et plus simplement sur les bienfaits de la redécouverte des vraies sensations de course.

    amitiés,

    Répondre
    • fév 1 2013

      J’aime.
      Je rajouterais au trois points que bon nombre de commerçants sont des « cliniciens / personnes de terrain » bien avant d’être des scientifiques. Il est parfois difficile de savoir qui dit vrai (car même entre les scientifiques eux-mêmes il y a de la division et de l’incertitude). Mon désarroi vient plus du fait qu’ils (pas tous, mais un bon nombre) continuent d’écouter et de croire les pseudo-scientifiques des compagnies de chaussures… et pour certains répètent leurs bêtises.
      Blaise

      Répondre
  8. Laure
    mar 2 2013

    Bonjour,
    Je me demandais si la chaussure minimaliste serait recommandée pour une coureuse qui court en « over-pronation », et qui est actuellement souffrante d’un syndrome fémoro-patellaire.
    De plus, tant qu’à retourner à la course très progressivement (intervalles 1min marche/1 min course…), serait-ce le bon moment pour changer de type de chaussure?
    Merci

    Répondre

Share your thoughts, post a comment.

(required)
(required)

Note: HTML is allowed. Your email address will never be published.

Subscribe to comments